Amiet_Portrait d'Anna Amiet

Cuno Amiet (Soleure, 1868 - Oschwand, 1961)
Portrait d'Anna Amiet, 1923
Huile sur toile, 60 x 55 cm
Propriété de la Confédération suisse, Office fédéral de la culture, Berne (déposé en prêt à long terme au Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne, 1927)
Inv. 826
© Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne

Compagnon de route de Giovanni Giacometti depuis leur formation académique à Munich et un séjour à Paris où ils partagent logement et atelier à la fin des années 1880, le Soleurois Amiet pourrait être surnommé le peintre-caméléon. Plus qu’aucun autre de ses contemporains, il s’est montré perméable aux recherches de son temps dont sa production gigantesque enregistre les effets jour après jour.

Mais aussi, comme Giacometti, Amiet est un farouche défenseur du primat de la couleur, une conviction qui s’enracine dans le séjour initiatique qu’il effectue à Pont-Aven à l’été 1892 – découverte du synthétisme, de Gauguin et de Van Gogh –, et qui se renforce dans sa fréquentation de la communauté artistique «die Brücke» à Dresde, de 1906 à 1913.

Pour ce portrait réalisé dans l’atelier du peintre à Oschwand, c’est Anna qui pose, son modèle favori depuis leur mariage en 1898. Sur un fond neutre, le buste violet se détache comme un élément sculptural surmonté par une coiffe dont les motifs décoratifs s’affirment comme l’élément central du tableau. La touche maçonne la surface picturale. Le coloris, rompu régulièrement par des rapprochements audacieux, est éclatant.

Revenir à la liste

Bibliographie

Christoph Vögele, Ortrud Westheider et Michael Philipp,

Ferdinand Hodler und Cuno Amiet Eine Künstlerfreundschaft zwischen Jugendstil und Moderne

cat. exp. Soleure, Kunstmuseum Solothurn, Hambourg, Bucerius Kunst Forum, Munich, Hirmer, 2011.

George Mauner, Therese Bhattacharya-Stettler et alii

Cuno Amiet : de Pont-Aven à "die Brücke"

cat. exp. Genève, Musées d’art et d’histoire, Skira, 2000.