da Rimini_Naissance de la Vierge

Francesco da Rimini (documenté à Rimini entre 1313 et 1348)
Naissance de la Vierge, vers 1320 - 1330
Détrempe sur bois, 46 x 37 cm
Don des exécuteurs testamentaires de Francesc de Asis Cambó, 1950
Inv. 1951-063
© Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne

Cette représentation de la naissance de la Vierge baigne dans l’universalité de la présence divine manifestée par le fond d’or. Au centre, sainte Anne alitée fixe le spectateur. À gauche, cinq servantes voilées, dont l’une tient Marie emmaillotée. À droite, une jeune fille amenant de la nourriture. Le souci du détail réaliste (tissus, tuiles, pots de fleur) humanise et actualise l’épisode narré dans les récits apocryphes. La perspective est «signifiante», la taille des personnages étant proportionnelle à leur importance. L’architecture, qui mêle les registres civil et religieux, propose une analyse complexe de l’espace, un siècle avant l’invention de la perspective centrale.

Ce panneau exceptionnel faisait partie à l’origine d’un retable aujourd’hui démembré, dont le panneau central représentant la Vierge à l’enfant avec sainte Claire et saint François à ses pieds est conservé à la Fondazione Giorgio Cini à Venise, et les trois autres panneaux des deux volets latéraux (l'Annonciation, la Présentation au temple et la Mort de la Vierge) dans la collection Cambó, au Museu Nacional D'Art de Catalunya à Barcelone. Il témoigne d’une des pages marquantes de la peinture médiévale en Émilie-Romagne : l’explosion créatrice provoquée dans le milieu artistique local par le séjour à Rimini de Giotto, appelé par les Malatesta vers 1300 pour décorer l’abside de l'église Saint-François. L’identité de son auteur a été l’objet de nombreuses conjectures. En raison de l’évidente prégnance des modèles giottesques, on s’est d’abord servi de l’appellation générique «Ami de Giotto» puis, les parties du triptyque franciscain rassemblées, de celle particularisante de «Maître de la Madone Cini». L’’ensemble est aujourd’hui attribué à Francesco da Rimini.

Acquise en 1929 par Francisco de Asis Cambó, cette œuvre a été offerte au Musée par ses exécuteurs testamentaires en reconnaissance de l'hospitalité accordée à une partie de sa collection pendant la Seconde Guerre mondiale.

Revenir à la liste

Bibliographie

Silvia Costa Pellet

«Un quadre del Trecento Italià, donat per Francesc Cambò, es conserva al Museu de belles Artes de Lausana »

Plancò 80, 2001, p. 16-20.

Mauro Natale (dir.)

Peintures et sculptures italiennes et espagnoles: collections de Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne

Les Cahiers du Musée des Beaux-Arts de Lausanne n° 7, 1998, n°1.

Laurent Golay

«Des formes de l’identification. La Naissance de la Vierge du Maître de la Madone Cini»

in Entre Rome et Paris: œuvres inédites du XIVe au XIXe siècle, Les Cahiers du Musée de Lausanne n° 4, 1996, p. 3 - 8.