Largillierre_Autoportrait

Nicolas de Largillierre (Paris, 1656 - 1746)
Autoportrait, 1711
Huile sur toile, 80 x 63 cm
Don Arlaud, 1841
Inv. 735
© Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne

Largillierre se représente ici avec les attributs de son métier de peintre. De la main droite, il tient un porte-mine muni d’une sanguine et d’une craie blanche, ainsi qu’un portefeuille débordant de dessins. De la main gauche, il attire l’attention du spectateur sur une toile, l’ébauche à la craie blanche d’une Annonciation sur un fond de préparation grise. Par ce geste ample, qui désigne une œuvre d’art religieux, Largillierre semble revendiquer le statut de peintre d’histoire. On pourrait aussi considérer qu’opposant le rendu extraordinaire de son portrait au premier plan à une œuvre inachevée en arrière-plan, il suggère au contraire la supériorité du portraitiste, titre auquel il est reçu en 1689 à l’Académie royale de peinture et de sculpture.

La toile est une réplique réalisée par l’artiste d’après son Autoportrait de 1711, conservé à Versailles. La texture picturale est moelleuse, donnant vie aux carnations du visage et des mains. La touche est très libre, en particulier dans le vêtement, un ample manteau d’épais velours. Ces qualités picturales font de Largillierre le plus grand portraitiste français de son temps avec son concurrent Hyacinthe Rigaud. Elles sont complétées par un extraordinaire talent dans la traduction de la psychologie des modèles, une clientèle essentiellement constituée de parlementaires, de financiers et de grands bourgeois parisiens.

Il y a tout lieu de penser que Largillierre offrit ce tableau à son ami le peintre genevois Jacques-Antoine Arlaud.

Revenir à la liste

Bibliographie

Frédéric Elsig (dir.)

De la Renaissance au Romantisme. Peintures françaises et anglaises du Musée des Beaux-Arts de Lausanne

Les Cahiers du Musée des Beaux-Arts de Lausanne n°18, 2013.

Dominique Brême (dir.)

Nicolas de Largillierre, 1656-1746

cat. exp. Paris, Musée Jacquemart-André, 2003.

Myra Nan Rosenfeld

« Nicolas de Largillierre et son élève Jean-Baptiste Oudry. Deux portraitistes du Grand Siècle »

in Entre Rome et Paris. Œuvres inédites du XIVe au XIXe siècle, Les Cahiers du Musée des Beaux-Arts de Lausanne n°4, 1996.