Andrié_2008 (14), de la suite L’homme blanc n’a plus de peau

Luc Andrié (Pretoria, 1954)
2008 (14), de la suite L’homme blanc n’a plus de peau, 2008
Acrylique sur toile, 120 x 73 cm
Acquisition, 2010, Commission cantonale des affaires culturelles
Inv. 2010-011
© Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne

Lors de performances privées dans l’intimité de son atelier, Andrié, en slip, ou affublé d’un ridicule képi, joue des rôles, reproduit des attitudes observées ailleurs, puis fixe ces images à l’aide d’un appareil photo. Suit un long travail de peinture où il s’agit à la fois de révéler et de cacher, de faire apparaître et de dissoudre dans des couleurs ambiguës, intermédiaires, fades, sales, «pisseuses», en tous cas peu séductrices. Ces figures fantomatiques – ce ne sont plus des autoportraits – nous regardent et se dérobent, nous cherchent, nous provoquent. Elles se soustraient d’une part à une identification du personnage représenté,  d’autre part à une consommation immédiate. En raison de la mise à distance opérée par un véritable voile de peinture, elles requièrent un long travail d’approche de la part du spectateur. Ce corps dissous dans la peinture forme une peinture latente, en attente d’être appréhendée. Dans ce sens, elle est le contraire de l’immédiateté du «message» dans les œuvres  d’un Franz Xaver Messerschmidt ou d’un Arnulf Rainer, autres artistes tireurs de grimaces.

De par son caractère insaisissable, cette peinture est tributaire de l’esthétique du grotesque, avec la disparition des contours nets, le refus de l’harmonie, l’apologie de l’incohérent, la critique de la réalité. Le corps désincarné de la suite L’homme blanc n’a plus de peau n’est plus Andrié, mais l’Homme tout court, exposé dans toute sa faiblesse : Ecce homo ! «Pour se peindre, Luc Andrié retient son souffle. Il révèle du coup l’absurdité et la stupidité de l’humain dans sa prétention à s’emparer de lui-même par l’image et, à travers elle, à s’emparer du monde.» (Alberto de Andrés).

Revenir à la liste 

Bibliographie

Bernard Fibicher (dir.)

Incongru. Quand l’art fait rire

cat. exp. Lausanne, Musée cantonal des Beaux-Arts, 2011.

Divers auteurs

Luc Andrié

cat. exp. Montpellier, FRAC Languedoc-Roussillon, Genève, Mamco, 2007.