En cours

Du 22 septembre 2017 au 28 janvier 2018

Ai weiwei.
D'ailleurs c'est toujours les autres

Ai Weiwei compte parmi les artistes les plus importants et influents de ces dix dernières années. Après sa toute première exposition individuelle en Europe, en 2004 à la Kunsthalle de Berne, l’artiste chinois revient en Suisse pour une présentation de travaux récents et d’interventions spécialement conçues pour les espaces du Palais de Rumine. Pour cette dernière exposition du mcb-a dans ses murs actuels, Ai Weiwei invite à une grande fête réunissant une ultime fois les institutions ayant fortement contribué à l’identité du Palais de Rumine dès son origine, à savoir les musées des beaux-arts, d’archéologie et d'histoire, de zoologie, de géologie et de la monnaie, ainsi que la bibliothèque cantonale et universitaire.

L’exposition réunit plus de quarante travaux, produits entre 1995 et aujourd’hui, témoignant de la richesse de l’œuvre d’Ai Weiwei et de sa connaissance profonde de la tradition culturelle de son pays. Les motifs, les matériaux et les modes de fabrication ancestraux sont détournés par l’artiste, de manière ludique ou iconoclaste, pour formuler une critique du système politique chinois ou des relations internationales. L’exposition du mcb-a salue un artiste complet: plasticien remarquable, esprit encyclopédique, communicateur exceptionnel et homme engagé dans les grandes questions de ce monde.

Ai Weiwei, fils du célèbre écrivain Ai Qing, est né en 1957 à Pékin. Il a émigré en 1983 aux Etats-Unis où il a découvert le ready-made de Marcel Duchamp et le pop art d’Andy Warhol. À son retour en 1993, il s’est mis à développer son œuvre tout en s’engageant en faveur de ses collègues artistes chinois, par des activités curatoriales (exposition Fuck Off, 2000, Shanghai) et de publication dans le secret de l’underground. Emprisonné en raison de critiques de la politique chinoise, notamment  de l’occultation de la catastrophe humanitaire suite au tremblement de terre au Sichuan en 2008, puis relâché après des protestations dans le monde entier, l’artiste vit aujourd’hui à Berlin. Dans son travail sculptural, il réactive et détourne les traditions artisanales chinoises tout en parodiant le pop art ou la sculpture minimale américaine. Avec les moyens de la photographie et du film, il tente d’enregistrer les transformations des cités et des mouvements de population. Prolifique et engagé, utilisateur virtuose des réseaux sociaux, Ai Weiwei mêle habilement art, vie privée et engagement politique.

Pour en savoir plus: interviews, critiques, coulisses...

Revue de presse sélective: www.facebook.com/mcba.lausanne
L'exposition en images: www.instagram.com/mcbalausanne

Haut: "The Animal That Looks Like a Llama but is Really an Alpaca", 2015, papier peint, dimensions variables // Ci-dessus: "Sunflower Seeds", 2010, porcelaine peinte à la main, 12 x 8 x 0.1 cm / "Dropping a Han Dynasty Urn", 2016, briques de Lego, 240 x 200 x 3 cm chaque panneau //Droite: "Crystal Cube", 2014, verre de cristal, 100 x 100 x 120 cm ; 3,1 tonnes / "Dragon in Progress", 2013, bambou et soie, 250 x 250 x 180 cm /// © Studio Ai Weiwei