Accrochage [Vaud 2008] & Anne-Julie Raccoursier, Prix du Jury 2007

du 2 février au 2 mars 2008

Accrochage [Vaud 2008]

Pour la sixième année consécutive, le Musée des Beaux-Arts consacrait une exposition à la scène vaudoise contemporaine et présentait des œuvres sélectionnées sur libre présentation par un jury de professionnels.
Le jury de l’édition 2008 était  constitué de Corinne Charpentier, directrice de Fri-Art, Centre d’art contemporain, Fribourg, Marco Costantini, chargé de cours à l'Université de Lausanne et curateur indépendant, Ariane Epars, artiste, Cully, Federica Martini, chargée de cours à l'Université de Turin et curatrice indépendante, Lausanne, et Catherine Quéloz, professeure, co-coordinatrice du Programme d'études CCC de la Haute école d'art et de design, Genève. Il  a décerné le Prix du Jury 2008 à Jean Crotti.

Anne-Julie Raccoursier, lauréate du Prix du Jury 2007

Une salle était réservée à l’exposition d’Anne-Julie Raccoursier (*1974), lauréate du prix du Jury 2007. L’artiste s’est fait connaître  pour ses vidéos à caractère documentaire, remarquablement construites tant au niveau du son que de l’image, et proposant un regard particulier sur les réalités qui nous entourent – qu’elles soient sociales, urbaines ou architecturales. Ainsi de Grace-Notes (2005), œuvre magnifique et insolite sur les paradoxes de la « production » d’une identité nationale, ou de Effaroucheur (2005) – du nom de l’appareil acoustique servant à éloigner les oiseaux des aéroports – qui montre des constructions vides en région alpine au rythme lent du balancement de la caméra, ville fantôme inquiétante où semble se tramer un drame hitchcockien derrière les façades closes. Noodling (2006), la vidéo primée par le Jury d’Accrochage [Vaud 2007], explore quant à elle les aspirations et les frustrations suscitées par le désir d’identification avec le star-système, et ses conséquences en terme d’identité. Pour son exposition lausannoise, Anne-Julie Raccoursier présentait une installation vidéo inédite, qui était à découvrir en exclusivité au Musée des Beaux-Arts. L’exposition était accompagnée de la première monographie consacrée à l’artiste.