Accrochage [Vaud 2016]

Du 22 janvier au 6 mars 2016

L'exposition présente la scène artistique vaudoise contemporaine, avec des œuvres sélectionnées sur libre présentation par un jury de professionnels. Qu’il s’agisse de peinture, de sculpture, de photographie ou de vidéo, l’art en train de se faire dans le Canton était mis à l’honneur.

Les artistes sélectionnés

Natacha Anderes, Julien Berberat, Céline Burnand, Loucia Carlier, Frédéric Cordier, Maëlle Cornut, Sylvain Croci-Torti, Anaïs Defago, Jacques Duboux, Guillaume Ehinger, Gaël Epiney, Arthur Fouray, Frédéric Gabioud, David Gagnebin-de Bons, Elise Gagnebin-de Bons, Tarik Hayward, Vincent Kohler, Sofia Kouloukouri, Mickaël Lianza, Line Marquis, Nastasia Meyrat, Banu Narciso, Karim Noureldin, Nathalie Perrin, Virginie Rebetez, Anne Rochat, Léonie Vanay

Le jury d'Accrochage [Vaud 2016]
Madeleine Amsler, curatrice indépendante, Genève
Damián Navarro, artiste, Lausanne
Samuel Schellenberg, responsable de la rédaction culturelle du Courrier
Judith Welter, directrice du Kunsthaus Glarus

Prix du Jury 2016: Tarik Hayward. Primé pour l'œuvre présentée lors de cette édition, il pourra investir une salle du musée lors de la prochaine édition, et concevoir une publication. Il succède ainsi à Robert Ireland, Bernard Voïta, Yves Mettler, David Hominal, Anne-Julie Raccoursier, Jean Crotti, Elisabeth Llach, Pauline Boudry, Luc Aubort, Lukas Beyeler et Anne Hildbrand.

Anne Hilbrand. E pur si muove

Née à Lausanne en 1985, formée à l'ECAL et à la HEAD où elle termine son Master avec la distinction du Prix Ribordy, Anne Hildbrand mène depuis plusieurs année une réflexion sur la question de l'objet trouvé, qui se décline aussi bien en installations qu'en photographies (diapositives). Elle a construit au fil des ans un œuvre poétique, d'une fragilité revendiquée, fondé sur l'appropriation et le détournement d'objets, de mots ou d'images trouvés, recadrés, réinvestis, et dont les références historiques ne se lisent souvent plus que dans les titres.

Pour son exposition, l'artiste a investi une salle du musée et a travaillé avec les données de l'espace - sa hauteur, ses formes, son volume - pour créer une installation qui joue sur le mouvement et le théâtre d'ombres. Les " formes trouvées " des châssis suspendus dans l'espace remplacent ici les objets trouvés, pour répondre aux données du lieu. Tendus de toile, ils évoquaient le tableau en attente de réalisation, ou l'écran de projection. Mais aucune image n'y etait projetée, et c'est dans le catalogue qui accompagnait l'exposition que l'artiste déclinait ses diapositives. Le titre de l'installation et de la publication qui l'accompagne, E pur si muov, est une phrase attribuée à Galilée, qu'il aurait prononcée en 1633 après avoir été forcé, devant l'Inquisition, à abjurer sa théorie selon laquelle la terre tourne autour du soleil. L'artiste joue de cette incertitude pour créer sa propre fiction.

L'exposition était accompagnée d'une publication éditée par le Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, avec un texte de Samuel Gross.

Annaïk Lou Pitteloud, Prix culturel Manor Vaud 2016

En savoir plus