Kader Attia. Les blessures sont là

Du 22 mai au 30 août 2015

Le Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne a présenté une exposition majeure de l’artiste franco-algérien Kader Attia (né en 1970 à Dugny, Seine-Saint-Denis, vit et travaille à Berlin et Alger), conçue en étroite collaboration avec l’artiste, et présentée en première suisse.

Faisant usage de médias aussi divers que l’installation, la photographie et la vidéo, Kader Attia traite de façon saisissante les collisions et les échanges entre culture, politique, et identité. Sa recherche artistique est influencée par sa propre expérience, l’artiste ayant grandi entre la France et l’Algérie, et plus tard par ses années passées au Venezuela et au Congo. Son travail aborde de façon à la fois poétique et très explicite les relations entre la pensée occidentale et les cultures extra-occidentales, notamment par le biais de l’architecture, du corps humain, de l’histoire et de la culture.

Depuis près de vingt ans, Kader Attia s’intéresse plus particulièrement à la question de la réparation, comprise dans sa double acception de réparer – un objet, une blessure –, et de rendre compte de cette même blessure. D’où l’importance dans son travail de l’objet, de l’archive comme traces tangibles de l’Histoire et des blessures qui exigent réparation. L’espace de l’installation devient dès lors espace mémoriel, mais aussi espace pour repenser les liens intrinsèques entre des histoires – politiques, personnelles, esthétiques – apparemment distinctes. L’exposition lausannoise offrait un riche panorama de l’œuvre de l’artiste, à travers ses installations, ses vidéos, ses projections de diapositives, ses toiles et ses collages.

Si la réputation de l’artiste n’est plus à faire sur le circuit de l’art contemporain (il a acquis une reconnaissance internationale à la 50ème Biennale de Venise en 2003, à la 8ème Biennale de Lyon en 2005 ou encore à la dOCUMENTA (13) de Kassel en 2012, et a eu des expositions personnelles entre autres à Boston, Beyrouth, Berlin, Paris, New York et Londres), Attia n’a jamais eu d’exposition personnelle en Suisse. Le Musée des Beaux-Arts de Lausanne a ainsi comblé une importante lacune, et poursuivi ainsi sa série d’expositions monographiques consacrées à des artistes contemporains de renom international (Tom Burr, Alfredo Jaar, Renée Green, Nalini Malani, Esther Shalev-Gerz, etc).

http://kaderattia.de/