Yael Bartana. Trembling Times

Du 19 mai au 20 août 2017

Trembling Times, première exposition personnelle de l’artiste en Suisse, s’articulait autour de la trilogie And Europe Will Be Stunned, et mettait en lumière les tensions qui traversent tout l’œuvre de l’artiste : entre réalité et fiction, pathos et ironie, espoir et désespoir, retour et départ, nostalgie et quête de rupture avec le passé.

Née en 1970 à Kfar Yehezkel, en Israël, Yael Bartana partage son temps entre Tel Aviv, Amsterdam et Berlin. Dans des œuvres qui oscillent entre pratique documentaire et constructions fictionnelles d’évènements historiques, voire d’utopies politiques, l’artiste s’intéresse aux rituels et aux cérémonies à travers lesquels se construisent et s’affirment les notions de patrie et d’appartenance à un lieu, une terre, une nation.

L’exposition lausannoise est centrée sur la trilogie And Europe Will Be Stunned (2007-2011), avec laquelle l’artiste a représenté la Pologne à la 54e Biennale de Venise, un projet sur l'histoire des relations judéo-polonaises et son influence sur l'identité polonaise. Une inquiétante étrangeté se dégage de ces œuvres – réalité et fiction se mêlent pour renvoyer aux démons bien réels de l’histoire et à ses ramifications contemporaines. Construites comme des films de propagande d’une grande poésie et d’une grande force, ces œuvres offrent des pistes inédites pour penser le monde autrement, voire le changer. Comme le dit l’artiste, «Quand les gens me demandent si j'entrerais en politique, je réponds que non. Parce que cela bloque vraiment l'imagination. Cela ne laisse nulle part où aller. C’est cela la force de l’art: nous pouvons imaginer ce que la politique ne peut pas imaginer.»

Yael Bartana a réalisé plusieurs longs métrages dont certains étaient présentés à Lausanne. Parmi ces derniers, True Finn (2014), une réflexion sur la construction de l’identité nationale, ses mécanismes d’exclusion et d’inclusion, à travers les récits de ses habitants.

Guide de l'exposition en téléchargement

Haut: "Mary Koszmary (Nightmares)", 2007, vidéo-still, courtoisie Annet Gelink Gallery, Amsterdam et Foksal Gallery Foundation, Varsovie // Droite: "Zamach (Assassination)", 2011, vidéo-still. /"Trembling Time", 2001. Projection vidéo, couleur, sonore, 6 min.20 /. Courtoisie Annet Gelink Gallery, Amsterdam, et Sommer Contemporary Art, Tel Aviv.

En parallèle, salle 6

François Bocion.
Regarder le lac

« Peintre incomparable du Léman », François Bocion (1828-1890) fait du lac et de ses rives le thème privilégié de son œuvre. D’abord cadre de la représentation d’événements et de scènes de la vie quotidienne, le paysage est célébré peu à peu pour ses spécificités, sa lumière, ses couleurs et ses reflets.

En savoir plus