Alain Huck
Kuroi Ame II, 2008

  • Alain Huck (Vevey, 1957)
  • Kuroi Ame II, 2008
  • Fusain sur papier, 250 x 368 cm
  • Don de la Société vaudoise des Beaux-Arts, 2008
  • Inv. 2008-371
  • © Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne / Image: David Gagnebins-de Bons
    © Alain Huck

Kuroi Ame II fait partie des Salons noirs, série d’immenses fusains commencée en 2006. Dans ces œuvres, Huck traite des grands drames de l’humanité en associant librement des références personnelles, littéraires, iconographiques et historiques. Il fusionne différentes images par couches successives.

« Kuroi ame », inscrit en lettres capitales dans le quart inférieur du dessin, signifie « pluie noire » en japonais. C’est le titre d’un livre de Masuji Ibuse (1966), qui raconte la vie de survivants du bombardement d’Hiroshima en 1945. L’auteur y décrit la chute de précipitations radioactives et chargées de cendres, phénomène survenu quelque temps après l’explosion atomique. Huck a dessiné les stries de pluie en balayant verticalement les pigments avec des chiffons et des brosses. La matière carbonisée du fusain rend d’elle-même l’aspect calciné de cette eau funeste. Le spectateur doit aiguiser son regard pour voir à travers ce « rideau » et discerner les éléments de la composition subjacente.

Sous la strate évoquant Hiroshima apparaissent des cercueils ouverts contemplés par une cohorte de cavaliers. Il s’agit d’une citation de la partie gauche du Triomphe de la mort (vers 1338-1339), la partie droite ayant fait l’objet d’un pendant (Kuroi Ame, 2008, coll. particulière). Aujourd’hui attribuée à Buonamico Buffalmacco, cette fresque a été peinte à Pise peu avant l’épidémie de la Grande Peste qui allait frapper la Toscane en 1348.

En juxtaposant les époques, les circonstances et les mémoires de ces tragédies, l’artiste livre une lecture subjective de la destinée humaine. L’histoire de la civilisation est vue comme la récurrence d’événements concourant à la fois à son éradication et à sa permanence en dépit des malheurs qui l’affligent.

Bibliographie

Julie Enckell Julliard
Alain Huck. Les salons noirs, Zurich, Scheidegger & Spiess, 2015, p. [24] et 41.

David Lemaire
Alain Huck. La symétrie du saule, Genève, Musée d’art moderne et contemporain, 2015, p. 29-32 et 185.

Bernard Fibicher, Catherine Lepdor et  Sarah Zürcher
Hespérides, cat. exp. Lausanne, Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne, 2009, p. 64-65.