Bruce Nauman
Partial Truth, 1997

  • Bruce Nauman (Fort Wayne, 1941)
  • Partial Truth, 1997
  • Granit noir absolu, 45,7 x 61 x 5,1 cm, éd. 10/25
  • Acquisition, 1997
  • Inv. 1997-018
  • © Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne

Une des plus célèbres œuvres de jeunesse de Nauman est un néon circulaire avec la phrase The True Artist Helps the World by Revealing Mystic Truths (Le vrai artiste aide le monde en révélant des vérités mystiques) (1967), affirmation ambiguë et polysémique à la fois sur le statut de l’artiste et sur la question de la vérité. Nombre de ses œuvres utilisant des phrases ou des jeux de mots se déclinent en néons, pièces sonores, dessins, estampes ou, plus rarement, en sculptures comme c’est le cas avec sa première série d’œuvres en granit noir gravé intitulée Seven Virtues/Seven Vices (1983-1984), ou ici avec Partial Truth.

Consistant elle aussi en une plaque rectangulaire de granit noir gravée manuellement des mots PARTIAL TRUTH (vérité partielle), cette sculpture a été conçue pour être placée directement sur le sol, appuyée contre un mur ou encore posée sur une étagère. À l’origine, Nauman avait pensé utiliser les mots « partial truth » pour réaliser une œuvre en néon, suite à une conversation avec le galeriste Konrad Fischer. Mais Fischer décède tandis que l’œuvre est encore au stade de projet. Pour honorer son ami et marchand, Nauman décide alors de la réaliser en granit. Le choix du matériau et de la fonte scriptura monumentalis évoque la pierre tombale, donnant à l’œuvre non seulement un caractère mortuaire, mais aussi une portée mémorielle.

En parallèle de cette édition en granit, Nauman a produit cinquante estampes portant la même épitaphe et utilisant la même fonte à l’occasion de l’exposition Bruce Nauman 1985–1996 : Drawings, Prints, and Related Works (Aldrich Museum of Contemporary Art, 1997). Le Musée de Lausanne en conserve deux, ainsi qu’un gaufrage réalisé à partir de la sculpture. Sur l’une des estampes, les mots sont imprimés en miroir, démultipliant les lectures possibles de cette « vérité partielle », et renvoyant à Ludwig Wittgenstein, philosophe dont la pensée a profondément marqué Nauman, et à sa conception du langage comme reflet du monde.

Bibliographie

Eugen Blume (éd.)
Bruce Nauman. Live or Die, cat. exp. Berlin, Hamburger Bahnhof – Museum für Gegenwart, Cologne, DuMont, 2010.

Laurence Sillars (éd.)
Bruce Nauman. Make Me – Think Me, cat. exp. Liverpool, Tate Liverpool, Londres, Tate, 2006.

Janet Kraynak (éd.)
Please Pay Attention Please: Bruce Nauman’s Words, Cambridge/MA, The MIT Press, 2003.