Stephan Balkenhol
Phoque I et Phoque II, 1989

  • Stephan Balkenhol (Fritzlar, 1957)
  • Phoque I et Phoque II, 1989
  • Bois sculpté et peint, 143 x 57 x 57 cm (chaque sulpture)
  • Acquisition, 1990
  • Inv. 1990-019 et 1990-020
  • © Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne

Marqué par sa visite de la documenta 5 (1972), Balkenhol décide très tôt de devenir sculpteur. Il se forme à la Hochschule für Bildende Künste de Hambourg entre 1976 et 1982. Dès le début des années 1980, il s’attelle avec succès à une tâche apparemment anachronique à une époque où règne en Allemagne le minimalisme d’un Ulrich Rückriem, qu’il a eu comme professeur, et l’expressionnisme brut d’un Georg Baselitz : poursuivre la tradition nationale de la sculpture figurative sur bois, déjà revisitée avant lui par l’expressionnisme allemand. En deux ou en trois dimensions, en pied ou en buste se multiplient alors les représentations de l’artiste lui-même, d’hommes et de femmes contemporains plus grands ou plus petits que nature, habillés ou nus, parfois déclinées en séries, et aussi celles d’animaux, dont ces Phoques.

Socles et figures sont taillés dans une même bille de bois. Les traces des outils utilisés sont visibles : débitage grossier, coups de ciseau, copeaux presque détachés laissés pendants. Balkenhol utilise de préférence des bois verts qui, en séchant, vont provoquer l’apparition ici ou là de fissures vouées à l’élargissement avec le temps. Le thème de la nature domptée par l’artiste se voit ainsi contredit par l’évolution libre du tronc d’arbre, matière vivante qui, non évidée, risque de faire éclater les sculptures au fil des ans.

Comme la plupart des œuvres de Balkenhol, ces Phoques sont peints (à l’exception des socles), évoquant aussi bien la statuaire religieuse polychrome du Moyen Âge que les jouets d’enfants, mêlant registres haut et bas. Le petit et le grand ballon, rouges, placés à des hauteurs différentes, se détachent dans l’espace, faisant ironiquement référence à la sculpture abstraite. La partie de jonglage à laquelle s’adonnent les phoques est comme l’illustration ironique du projet global de Balkenhol qui se développe sur le fil du rasoir entre tradition et modernité, entre banalité et raffinement.

Bibliographie

Guy Tosatto (éd.)
Stephan Balkenhol, cat. exp. Grenoble, Musée de Grenoble, Arles, Actes Sud, 2010.

Matthias Winzen et Harriet Zilch
Stephan Balkenhol, cat. exp. Baden-Baden, Staatliche Kunsthalle Baden-Baden, Duisburg, MKM Museum Küppersmühle für Moderne Kunst, Salzburg, Museum der Moderne Salzburg Rupertinum, Cologne, Snoeck, 2006.

Catherine Lepdor, Patrick Schaefer et Jörg Zutter
Musée cantonal des Beaux-Arts