Dieter Roth
Braunvieh, 1974

  • Dieter Roth (Hanovre, 1930 - Bâle, 1998)
  • Braunvieh, 1974
  • Technique mixte sur carton, 52 x 70 cm
  • Collection Alain et Suzanne Dubois. Promesse de don
  • Inv. Alain_515
  • © Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne

Roth utilise dans son art tout ce qui lui tombe sous la main. Il apprécie les matériaux qui , telles les denrées alimentaires (chocolat, banane, salami, fromage, etc.), non seulement produisent des effets esthétiques – comme les auréoles de gras –, mais aussi se transforment au fil du temps – par le passage d’un état physique à un autre ou encore la décomposition. Ces évolutions sont observées par Roth, avec une certaine mélancolie, en ce qu’elles symbolisent le vivant.

Esprit libre, Roth crée de manière compulsive, notamment des dessins, médium qui se pratique facilement en tout lieu et avec des moyens rudimentaires. Les procédés sont là aussi innombrables et hétérogènes : crayons, feutres, collages, tampons, avec une ou deux mains ; au téléphone, en collaboration avec d’autres artistes ; dans des carnets, sur des sous-mains, des calques, du papier et tout support imaginable. Roth s’approprie ce qu’il trouve.

Braunvieh (« vache brune ») est emblématique de la variété de techniques qu’il emploie, et des aléas propres au processus de création qu’il exploite. L’artiste a laissé s’étendre de la colle vinylique, sur laquelle il a grossièrement délimité en brun la sphère terrestre, tout en laissant en réserve son profil droit que l’on reconnaît à son crâne dégarni et son nez pointu. Un papier déchiré fait office d’œil et se voit surmonté d’un sourcil simplifié, tracé au feutre bleu. Enfin, il a dessiné schématiquement des fuseaux horaires.

Comme à son habitude, Roth a saturé l’ensemble du support en intervenant par accumulation de couches successives. Ce dessin, sur lequel l’artiste plus grand que la Terre l’enserre dans ses bras, peut se lire comme la manifestation de son appétit pour tout ce qui s’offre à lui et de l’unité qu’il forme ainsi avec le monde lui-même : son œuvre est le monde, il est le monde.

 

Bibliographie

Marion Daniel (dir.), Dieter Roth. Processing the World, cat. exp. Rennes, Frac Bretagne, Dijon, Les presses du reel, 2014.

Theodora Vischer et Bernadette Walter (éd.), Roth Time. A Dieter Roth Retrospective, cat. exp. Bâle, Schaulager, Cologne, Museum Ludwig, New York, Museum of Modern Art and P.S.1 Contemporary Art Center, Baden, Lars Müller Publishers, 2004.