Making Space<br> 40 ans d’art vidéo

Making Space
40 ans d’art vidéo

18.10.2013 — 5.1.2014

En 1973, la vidéo fête ses dix ans, et Nam June Paik réalise ce qui deviendra la bande culte de l’histoire de la vidéo, Global Groove. La même année, le Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne inaugure sa collection de vidéos avec l’acquisition d’une œuvre de Jean Otth, Limite E. Depuis, de l’expérimentation avec le médium à son utilisation pour capter des actions, du poste de télévision à la projection, du rapport frontal avec les spectateurs à leur implication dans l’espace de l’installation, la vidéo s’est déclinée sur des modes radicalement différents.

Making Space
proposait ainsi de traverser à grands pas quarante ans d’art vidéo dans les espaces ouverts par l’image en mouvement, dans un musée qui lui a toujours accordé une place de choix. L’exposition offrait un regard singulier et inédit sur un médium le plus souvent associé à la captation du temps et à la mise en scène d’un récit. Elle réunissait des œuvres dont le dénominateur commun était de capter ou de reconstruire l’espace qui s’offre à la vue, l’espace habité par le corps de l’artiste et, enfin, celui animé par la présence des spectateurs. Articulée de façon non chronologique, l’exposition présentait des œuvres d’artistes majeurs du genre, toutes générations confondues, et invitait à une déambulation menant des friches new-yorkaises aux métropoles du monde entier, des espaces urbains aux espaces imaginaires.

Avec des œuvres de
Eija-Liisa Ahtila, Judith Albert, Francis Alÿs, Emmanuelle Antille, René Bauermeister, Dara Birnbaum, Paul Chan, Silvie et Chérif Defraoui, VALIE EXPORT, Dan Graham, Joan Jonas, Kim Sooja, Ana Mendieta, Bruce Nauman, Jean Otth, Nam June Paik, Anne-Julie Raccoursier, Pipilotti Rist, Anri Sala, Gerry Schum, Richard Serra, Salla Tykkä, Bill Viola.

L’exposition a bénéficié de généreux prêts du MoMA, New York, du Centre Pompidou, Paris, du Kunstmuseum de Berne, du Kunstmuseum de Bâle, des Musées d’art et d’histoire de Genève, ainsi que de nombreux prêts des artistes et de leurs galeries respectives.

L’exposition a bénéficié du soutien de