Matières en lumière. Sculptures de Rodin à Louise Bourgeois
Auguste Rodin, "Le Baiser", 1886. Bronze, 71,5 x 45 x 48 cm. Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne. Legs d'Henri-Auguste Widmer, 1936. © Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne / Nora Rupp

Matières en lumière. Sculptures de Rodin à Louise Bourgeois

 — 

La sculpture investit la grande salle d’exposition temporaire à éclairage zénithal du MCBA. Des œuvres majeures de collections privées suisses, pour certaines présentées pour la première fois au public, dialoguent avec des pièces de la collection du Musée.

Au second étage du Musée s’ouvre une salle de 700 m2 qui dispose d’une belle lumière du nord. Cet éclairage est identique à celui des ateliers traditionnellement recherchés par les artistes en raison de leur lumière constante au fil des saisons, ateliers où sont nées tant d’œuvres modelées dans la terre ou dans le plâtre, taillées dans la pierre ou dans le bois. Pour la première fois depuis l’inauguration de son nouveau bâtiment, le MCBA tire parti de ce plateau d’un seul tenant, et l’offre à la sculpture.

L’exposition donne un aperçu de deux cent ans de création en privilégiant les œuvres qui maintiennent un rapport, sans cesse réinterrogé, à la figuration, à la nature ou à l’objet. Elle questionne l’utilisation des matériaux, les gestes mis en œuvre, les limites de la sculpture et sa redéfinition permanente. Autour d’une pièce majeure de Richard Long de quelque neuf mètres de diamètre, Wood Fire Circle, prêt exceptionnel d’une collection particulière, se déploient huit sections thématiques qui présentent les enjeux d’un art singulier, d’une rencontre entre matière et lumière. Plus de soixante œuvres dialoguent et se répondent. Ainsi, une danseuse d’Edgar Degas fait face à des ballerines de Jeff Koons; le couple du Baiser d’Auguste Rodin croise celui de Conjunction XII de Lynn Chadwick. Les visiteuses et visiteurs sont invité·e·s à multiplier les mises en regard et en perspective en déambulant librement dans cet espace majestueux.

Commissaire de l’exposition: Camille Lévêque-Claudet, conservateur

Tous droits réservés. Sans autorisation de part de ProLitteris, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation individuelle et privée sont interdites