Nam June Paik
Global Groove, 1973

  • Nam June Paik (Séoul, 1932 - Miami, 2006)
  • Global Groove, 1973
  • Vidéo, couleur, avec son, 28'30''
  • Acquisition, 2013. Courtoisie du Studio Nam June Paik et Electronic Arts Intermix (EAI), New York
  • Inv. 2013-073
  • © Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne

Un des fondateurs de l’art vidéo, Paik est l’auteur d’un vaste corpus d’œuvres comprenant des bandes vidéo, des productions télévisuelles, des performances ou encore des installations. En 1963, il présente ses premières œuvres vidéo et musicales inspirées de Fluxus à la Galerie Parnass de Wuppertal dans une exposition intitulée Exposition of Music – Electronic Television, qui marque rétrospectivement le début de l’art vidéo. En 1965, Paik achète une des premières caméras portables, le Portapak, dont les possibilités techniques (enregistrement en direct, autonomie de l’outil de production) vont permettre de nouvelles expérimentations sur le médium.

« C’est un aperçu du paysage vidéo de demain, quand vous pourrez sélectionner n’importe quelle chaîne de TV du monde et quand le programme TV sera aussi épais que le bottin téléphonique de Manhattan. » Ainsi débute Global Groove, devenu une bande culte de l’histoire de l’art vidéo. Ce manifeste radical sur la communication globalisée dans un monde saturé par les médias explore les possibilités de manipulation du signal vidéo et de la bande magnétique, et se présente comme un collage électronique, un pastiche de sons et d’images qui subvertissent le langage de la télévision – des extraits de films ou de clips musicaux sont entrecoupés de scènes de danses coréennes traditionnelles, le visage de Richard Nixon défiguré par l’action d’un aimant sur le téléviseur succède à un extrait musical de Karlheinz Stockhausen, etc. Les images et les séquences elles-mêmes sont traitées comme des objets plastiques : le travail au synthétiseur transfigure les visages en un kaléidoscope de couleurs vives, tandis que des incrustations et des surimpressions transforment et complexifient les images qui se succèdent à un rythme effréné. Avec humour, Paik fait coexister des fragments d’œuvres de disciplines différentes dans un flux de séquences où l’espace planétaire est réduit au téléviseur et le temps à l’instant.

Bibliographie

Nam June Paik. Global Visionary, cat. exp., Washington, D.C., Smithsonian American Art Museum, Londres, Giles, 2013.

Christine Van Assche (éd.), Vidéo Vintage. 1963 -1983 : une sélection de vidéos fondatrices des collections nouveaux médias du Musée National d’Art Moderne Centre Pompidou, cat. exp. Paris, Centre Pompidou éditions, 2012.

John G. Hanhardt (éd.), Nam June Paik : Global Groove, cat. exp. New York, The Solomon R. Guggenheim Foundation, 2004.