Jardin d’Hiver #2 Poems of Change

Jardin d’Hiver #2
Poems of Change

 — 

Placée sous le commissariat de Simon Würsten Marin, la deuxième édition de Jardin d’Hiver, exposition biennale consacrée à la scène artistique contemporaine de la région, explore les questions de changement, d’instabilité et de vulnérabilité, et fait la part belle à la diversité des modes d’expression.

Poems of Change emprunte son titre à une création sonore de la compositrice américaine et pionnière de la musique électronique Pauline Oliveros. Écrit il y a trente ans, ce poème s’écoute comme une injonction au changement, nécessaire face aux multiples injustices et maux – guerres, sexisme, racisme, crise environnementale – qui accablaient alors et accablent encore notre monde.

L’exposition propose une plongée dans la richesse de la scène culturelle régionale actuelle à travers une douzaine de nouvelles créations qui, en réponse à ce poème, s’articulent librement autour des notions de changement, de transformation, de transition et d’évolution. En toile de fond, deux questions : comment créer dans une réalité en constante mutation, caractérisée par l’instabilité et le manque de certitudes ? Et l’art est-il – doit-il être – plutôt témoin ou vecteur du changement ?

L’exposition Poems of Change présente un aperçu d’une scène artistique elle-même en pleine mutation. En se concentrant sur une génération partageant peu ou prou l’âge de ce poème, elle célèbre l’implication, la sensibilité et la créativité inédites avec lesquelles les artistes d’aujourd’hui racontent et interrogent le chaos de notre époque. Elle veut enfin montrer qu’une scène culturelle est avant tout un espace d’échange et de collaboration, non seulement entre artistes, mais également entre de nombreux rôles et métiers qui se côtoient, coopèrent et, ensemble, incarnent le changement.

Crédits et légende image:
Gina Proenza, "L’ami naturel III", 2020. Bois, peinture, satin, coton, cuillère et moteur, dimensions variables MCBA. Acquisition de la Commission cantonale des activités culturelles, 2020 © Gina Proenza. Photo: Sebastien Verdon