Sablet François
Offrande à Hymen, 1783

  • Offrande à Hymen, 1783
  • Huile sur toile, 174,7 x 143,5 cm
  • Acquisition en copropriété avec la Fondation Gottfried Keller, Office fédéral de la culture, Berne, 2011
  • Inv. 2011-208
  • © Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne

Frère aîné de Jacques, François Sablet se rend à Paris en 1768 pour accomplir sa formation dans l’atelier de Joseph-Marie Vien. Jusqu’en 1789, année où il s’établit à Rome, il conduit une carrière qui lui procure une certaine aisance dans l’entourage du peintre Jean-Baptiste Pierre Lebrun, époux d’Élisabeth Vigée Le Brun. Ce tableau, rare témoignage de cette période, révèle un pan peu connu de sa production, que l’on croyait réduite au portrait et au paysage.

La présence sur le marché de l’art d’une toile représentant une Vestale versant de l’encens, du même artiste, de mêmes dimensions et comportant le même blason, nous apprend que le tableau du Musée appartient à une série d’au moins deux oeuvres, vraisemblablement commande de la noblesse française. Ces tableaux doivent être rapprochés des toiles peintes en 1762-1763 par Vien sur le thème des quatre saisons pour le salon de Madame Geoffrin. Ici, Sablet s’inspire en effet de son Hiver, qui montre une Prêtresse brûlant de l’encens sur un trépied ; l’athénienne et les roses dont le sol est parsemé sont aussi des motifs empruntés à Vien. Pour sa représentation du dieu Hymen, Sablet se tourne vers la statuaire antique et s’inspire des Éros du type de Centocelle.

L’éloge de l’institution du mariage, la suavité de l’expression des deux femmes, les grandes surfaces de couleur pastellisées et glacées sont caractéristiques des années qui précèdent l’avènement du néo-classicisme en 1785. En proposant une offrande à Hymen, dieu du mariage, et non plus à Vénus ou à l’Amour, Sablet s’inscrit dans un courant contemporain, celui de la moralisation des thèmes popularisés par Vien et par Jean-Baptiste Greuze à l’époque rococo.

Bibliographie

Anne van de Sandt, avec une préface de Catherine Lepdor, Les frères Jacques et François Sablet. Collections du Musée des Beaux-Arts de Lausanne, Les Cahiers du Musée des Beaux-Arts de Lausanne no 19, 2015, p. 82-87, no 16.

Anne van de Sandt (dir.), Les frères Sablet : 1775-1815. Peintures, dessins, gravures, Lausanne, Musée cantonal des Beaux-Arts, Rome, Carte Segrete, 1985.