Voyages imaginaires

Train Zug Treno Tren.
Voyages imaginaires

 — 

Avec plus de 60 chefs-d’œuvre de Giorgio de Chirico à Edward Hopper et de Paul Delvaux à Leonor Fini, l’exposition nous embarque pour une épopée ferroviaire.

À la fois célébration de la modernité et critique de celle-ci, le chemin de fer, inséparable de l’idéologie du progrès conquérant à l’ère industrielle, génère des effets étonnants dans l’imaginaire artistique. Les trains incarnent à la fois le rationalisme et l’irrationnel.

En faisant l’éloge de la vitesse et du mouvement des machines, les futuristes expriment une ardente passion pour le devenir des choses. Avec le surréalisme, si les catastrophes ferroviaires et les récits de voyage nourrissent des fantasmes noirs, le train révèle aussi un potentiel érotique et poétique, instrument propice à la manifestation du rêve éveillé et à l’émergence de métonymies et de métaphores visuelles. Dans l’art d’Edward Hopper et de Paul Delvaux, le train et la gare, vidés de leurs voyageurs, sont des lieux empreints de mystère et de solitude. Les gares ne sont pas celles des cheminots ni des voyageurs, ce sont celles du rêve et de l’illusion, de l’ennui et de la tristesse. Les trains n’ont ni horaires, ni passagers, ni destinations.

Bien que supplanté par l’avion et bientôt par la fusée dans le rêve collectif de la conquête de nouveaux espaces, le train ne disparaît pas pour autant de l’imaginaire des artistes de la seconde moitié du XXe siècle qui se réapproprient le train miniature, détournent ce jouet de l’enfance et lui font perdre son innocence.

Porte-étendard du monde moderne, le train vous lance une invitation aux voyages imaginaires.

Commissaire de l’exposition: Camille Lévêque-Claudet, conservateur

Crédits et légende image:
Paul Delvaux, Solitude, 1955, Huile sur panneau, 99,5 × 124 cm. Collection de la Fédération Wallonie-Bruxelles. ©Paul Delvaux Foundation - St. Idesbald/2022, ProLitteris, Zurich. Photo: Fédération Wallonie-Bruxelles

Publication

Train Zug Treno Tren. Voyages imaginaires

Camille Lévêque-Claudet (dir.), Lausanne, Musée cantonal des Beaux-Arts et Les Éditions Noir sur Blanc, 2022, 176 p. ill. (fr.)

À commander à la Librairie‑Boutique du MCBA: shop.mcba@plateforme10.ch

CHF 35.-

Podcast

Le commissaire de l'exposition en voix directe

Audio à écouter avant, pendant ou après la visite!
= 9 min.

Camille Lévèque-Claudet, conservateur et commissaire, à propos de la thématique ferroviaire dans l’histoire de l’art et de ses choix et découvertes dans la conception de l’exposition.

Plateforme 10:
trois expositions inaugurales, une thématique commune

Le MCBA, Photo Elysée et le mudac présentent Train Zug Treno Tren

Les trois expositions, conçues par chacun des musées de Plateforme 10, enrichissent la métaphore de cette histoire ferroviaire en rendant hommage à la vocation antérieure du site à proximité immédiate de la gare de Lausanne, étape du mythique Venise-Simplon-Orient-Express.
Privilégiant le croisement des regards, les trois expositions s’affranchissent de toute approche littérale ou strictement chronologique. Transdisciplinaires, elles préfèrent au contraire traverser leur sujet de part en part, symbolisant dans un mélange subtil de force identitaire et de versatilité la genèse de cette plateforme unique en son genre qu’est le quartier des arts de Lausanne.

Photo Elysée
Destins croisés

Destins croisés explore de nouvelles approches sur plus d’un siècle et demi d’histoires ferroviaires, depuis les toutes premières expériences du train au cours du XIXe siècle jusqu’aux usages d’aujourd’hui.

En savoir plus

mudac
Rencontrons-nous à la gare

Le mudac s’attache à l’idée de la rencontre et du roman de gare, en mettant l’individu au coeur de son exposition. Lieu incontournable des retrouvailles, des départs, des rencontres fortuites, la gare et le train sont des espaces de vie propices à l’imaginaire.

En savoir plus