Félix Vallotton
Nature morte aux glaïeuls, 1924

  • Félix Vallotton (Lausanne, 1865 - Paris, 1925)
  • Nature morte aux glaïeuls, 1924
  • Huile sur toile
  • Legs d’Henri-Auguste Widmer, 1936
  • Inv. 395
  • © Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne

« Suis plongé dans la nature morte, expédient ordinaire des mauvais jours, mais, à l’usage m’applique et sauve l’affaire ainsi. […] Je continue les natures mortes et passe des fleurs aux fruits, et des fruits aux victuailles ; je n’en suis pas là encore et ce travail me pose au courant des séries de petits problèmes dont la solution m’est une recherche amusante et fructueuse. », écrit Vallotton le 9 juillet 1919 dans son Journal.

 

La nature morte occupe une place importante dans l’œuvre de l’artiste à partir des années 1910. Véritable laboratoire de recherches formelles, elle lui permet de se confronter aux questions de composition. Les bouquets sont combinés à divers objets, ici un livre et une estampe ou un paysage brossé à l’encre de Chine. Un dialogue tout en tension naît du rapport entre les formes angulaires, les lignes souples des fleurs et les courbes du vase qui s’entrechoquent ou se répondent ; les couleurs des pétales s’harmonisent avec celles de la nappe alors qu’elles tranchent avec les autres éléments ; la table et le vase sont légèrement décentrés. S’il ajoute une note claire sur le col et le haut de l’anse du vase qui correspond au reflet de la source lumineuse sur l’objet, Vallotton prend en revanche quelques libertés avec les ombres, tantôt les indiquant, tantôt choisissant d’en faire abstraction. Il met ainsi en place une construction reposant sur une succession de triangles créés par la disposition des objets, les ombres portées et la lumière.

 

Le caractère très composé de cette nature morte, l’association des fleurs à des objets symbolisant l’art et la vie intellectuelle, le tapis à la hollandaise posé sur le meuble, tout semble concourir à évoquer la peinture de vanité dans cette œuvre peinte par un artiste à l’automne de sa vie.

 

Bibliographie

Marina Ducrey, avec la collaboration de Katia Poletti, Félix Vallotton, 1865-1925 : l’œuvre peint, 3 vol., Lausanne, Fondation Félix Vallotton, Zurich, Institut suisse pour l’étude de l’art, Milan, 5 Continents Editions, 2005, n° 1609.

Sasha M. Newman (dir.), Félix Vallotton, cat. exp. Lausanne, Musée cantonal des Beaux-Arts, Paris, Flammarion, 1992.